Les romans autoédités sont-ils tous à jeter ?

Depuis que j’ai commencé à m’autoéditer en 2014, comme tous les auteurs indés j’ai les oreilles qui sifflent grave. Il faut dire qu’éditeurs, libraires et journalistes ne manquent pas une occasion de tirer à boulets rouges sur les pauvres petits romans autoédités. N’ayant pas été filtrés, toilettés, censurés, corrigés, grand-publiqués par un éditeur – même obscur  – ils seraient tout juste bons à s'essuyer l’arrière-train. Ayant moi-même téléchargé avec plus…

20 commentaires

Ras-le-bol des commentaires de lecture bidons !

Quand j’ai commencé à m’autoéditer sur Amazon en 2014, il m’a semblé normal de m’intéresser à ce que publiaient les autres auteurs indépendants. Comme je ne connaissais personne, je choisissais les livres en me fiant au nombre de commentaires 4 et 5 étoiles sur Amazon, aux chroniques de blogs et aux recommandations de collègues autoédités postées sur les réseaux sociaux. Si certains livres recueillaient des dizaines ou plus d’une centaine…

16 commentaires

Ne suivez pas les écrivains sur les réseaux sociaux !

Ma présence sur les réseaux sociaux s’est limitée pendant plusieurs années à un profil Facebook que j’alimentais rarement. J’ai revu ma politique quand j’ai autoédité le premier tome de La rousse qui croyait au père Noël sur Amazon en 2014. Mon livre n’étant pas en librairie, il fallait bien en parler quelque part ! J’ai donc créé une page d’auteur sur Facebook et un profil sur Twitter. En 2016, voyant Instagram prendre…

5 commentaires

Ce que je fais pour éviter de rater mes personnages

Parmi les auteurs, un vieux débat fait rage : les personnages créent-ils l’intrigue ou sont-ils créés par l’intrigue ? Les curieux et auteurs débutants qui passent sur cet article se demanderont peut-être ce qu’on en a à battre, mais la réponse est cruciale car elle détermine la méthode de travail, à savoir : Dresser le profil du personnage avant de passer à l’intrigue. Exemple : j’écrirais bien l’histoire d’une prof de philo dépressive ex-fan…

2 commentaires

J’écris pour gagner de l’argent et je m’en vante !

Depuis quatre ans que je navigue dans le milieu de l’autoédition, un discours – récurrent – de nombre d’auteurs me tape gravement sur les nerfs. Il se résume à un indigné : « Moi, je n’écris certainement pas pour gagner de l’argent ! » Des articles entiers sont postés sur le net pour tenter de démontrer les vertus de l’écriture à but non lucratif, chacun se défendant la main sur le cœur de ce…

7 commentaires

À quoi me sert mon blog d’auteur ?

Quand j’ai sorti la première édition de La rousse qui croyait au père Noël et l'ai autoéditée sur Amazon en 2014, j’ai tout de suite pensé à créer un site d’auteur présentant ce premier roman : personnages, playlist, chapitres bonus, etc. Quelques mois plus tard, une de mes cousines m’a suggéré de créer un blog dans le même esprit. Sur le moment, son idée ne m’a pas emballée : je traversais une période…

3 commentaires

Autoédition : les services presse aident-ils à vendre plus de livres ?

J'ai comparé le nombre mensuel de chroniques de blogs de mon premier roman autoédité sur Amazon et ses ventes pendant trois ans. J'en ai conclu que les services presse ne permettent pas d’augmenter les ventes, mais qu'ils contribuent à construire la notoriété de l’auteur. Depuis que j’ai publié mon premier roman La rousse qui croyait au père Noël en 2014, je me demande – comme tous les auteurs autoédités –…

20 commentaires

Bilan des ventes de « La rousse qui croyait au père Noël » !

J’ai du mal à le croire, mais voilà déjà trois ans que je me suis lancée dans l’autoédition. Que d’aventures depuis ! Comme plusieurs de mes collègues auteurs indépendants, j’ai décidé de vous montrer l’envers du décor en faisant un bilan de la publication du premier tome de mon premier roman La rousse qui croyait au père Noël. Les trois versions de "La rousse" Pour commencer, sachez que la publication de…

13 commentaires

Autoédition : comment j’ai trouvé la couverture de mon premier roman

 J’ai eu la chance de grandir dans un appartement rempli de livres. Gamine, j’adorais explorer le rayon jeunesse des librairies, dénicher les nouvelles aventures d’Alice, du Club des Cinq, de Fantômette, des Conquérants de l’impossible...  Mon rêve à l’époque, c’était : devenir journaliste ! Mes débuts d'auteur Pourquoi journaliste ? Aucune idée. Sans doute parce que j’aimais lire et écrire, que je ne me voyais pas prof de français et que je n’osais pas…

3 commentaires