Tout savoir (ou presque) sur les Offres Éclair d'Amazon Kindle

Depuis 7 ans que je m’autoédite sur Amazon, j’entends dire que les Offres Éclair sont le Graal de l’auteur autoédité. Certains veinards racontent avoir vendu en 24 heures plus de 700 ebooks. D’autres auteurs indé de best-sellers avouent que leurs ventes n’auraient jamais décollé sans ces précieux sésames… Alors fin 2019, ne voyant toujours pas arriver cette fameuse proposition de promotion dans ma boîte mail, j’ai décidé d’étudier la question de près afin de savoir :

  • pourquoi Amazon ne m’avait pas encore proposé d’Offre Éclair ;
  • si ces Offres Éclair avaient un réel impact sur la vente des livres numériques.

Comme je suis très curieuse, j’ai misé sur une étude exhaustive de 12 mois. Elle a commencé le 1er décembre 2019 et s’est terminée le 30 novembre 2020. Chaque jour, j’ai noté sur une feuille Excel diverses informations sur les ebooks en Offre Éclair. Ce document rassemble au final 1672 références de livres, ce qui représente en moyenne 4,6 offres par jour.

Sommaire

  1. C’est quoi une Offre Éclair ?
  2. Qui sont les veinards qui ont bénéficié d’Offres Éclair pendant ces 12 mois ?
  3. Prix des Offres Éclair : qui sont les plus radins ?
  4. Impact des Offres Éclair sur les classements au Top 100 et au Top 500
  5. Les auteurs abonnés aux Offres Éclair
  6. Les titres abonnés aux Offres Éclair
  7. Ce que j’ai observé d’autre pendant cette étude
  8. Pourquoi je n’ai pas encore eu d’Offre Éclair
  9. On a vraiment besoin des Offres Éclair ??

C’est quoi une Offre Éclair ?

Si vous avez toujours payé vos livres numériques plein pot, sachez qu’Amazon propose chaque jour plusieurs Offres Éclair (entre 3 et 20, généralement 4). Pendant 24 heures, les ebooks sélectionnés sont vendus avec une réduction minimum de 70 %. Pour y avoir accès, l’auteur indé doit répondre à une proposition d’Amazon, celle-ci lui parvenant quelques semaines avant. Si un des livres suggérés par Amazon est retenu, l’auteur reçoit une confirmation quelques jours avant la date prévue. Ensuite, à lui de claironner partout la bonne nouvelle car plus il y aura foule au rendez-vous, plus la magie de l’Offre Éclair pourra opérer…

Avertissement : cet article a été écrit début 2021. Amazon innovant en permanence, les informations ci-dessus seront sans doute périmées quand vous les lirez : nombre d’Offres Éclair quotidiennes, procédure pour en bénéficier, etc. Vous trouverez les informations les plus récentes sur le site de Kindle Direct Publishing (KDP).

Qui a bénéficié des Offres Éclair pendant ces 12 mois ?

Mode d’édition

Sur la période étudiée, plus des deux-tiers des livres en Offre Éclair sont des livres édités. J’ai isolé les ebooks édités par Amazon (Amazon Publishing, Amazon Crossing, Montlake Romance, Thomas & Mercer) parce que je savais que leurs résultats seraient très différents de ceux des éditeurs classiques. Je ne me suis pas trompée…

Pas si vous êtes éditeur. Certains éditeurs de romance ne font pas de brochés, et leurs ebooks obtiennent quand même des Offres Éclair. En revanche, je ne me rappelle pas avoir vu passer de livre autoédité sans version brochée. Si vous êtes auteur indépendant, je vous encourage donc à proposer des formats brochés. Même si ce n’est pas une condition officielle pour être éligible aux Offres Éclair.

Sexe des auteurs

Je l’ai noté car j’avais entendu de méchantes langues dire que les éditeurs français favorisaient les auteurs masculins. Je voulais donc savoir si c’était vrai ! Cette accusation pourrait sembler fausse au premier abord car les Offres Éclair d’éditeurs concernent autant d’hommes que de femmes (50-50). MAIS, un nombre significatif d’offres proviennent d’éditeurs numériques de romances. Or ces livres sont quasiment tous écrits par des femmes. Il est donc certain que les Offres Éclair des éditeurs traditionnels concernent majoritairement des titres écrits par des hommes. Est-ce un choix de leur part ou est-ce le résultat d’une sélection opérée par Amazon ? Je ne saurais le dire car Amazon travaille différemment avec les éditeurs. Est-ce un choix judicieux ? Pas sûr…

On verra que les auteurs autoédités, qui sont à 69 % féminins, obtiennent de bien meilleures performances aux Offres Éclair.

Les auteurs publiés par Amazon sont à 55 % féminins. Cependant, les possibilités de promotion dont bénéficient leurs éditeurs sont telles que le sexe de l’auteur et même le genre du livre deviennent secondaires.

Genre des livres Sans surprise, les genres les plus représentés dans les Offres Éclair sont ceux qui reposent sur le suspense (30 %) et ceux qui font battre nos petits cœurs (25 %). Après, bien après, on trouve les livres pratiques (10 %) et la littérature de l’imaginaire (9 %).

Vous remarquerez comme moi que les éditeurs misent plutôt sur la catégorie Polars-Thrillers alors qu’autoédités et éditeurs Amazon mettent plutôt le paquet sur la romance et ses multiples sous-genres. Le choix des partenaires d’Amazon n’est pas étonnant car la romance est un genre dominant sur la plateforme, en France mais aussi aux États-Unis.

Séries

Si 36 % de la totalité des Offres Éclair concernent des séries (feuilletonnantes ou pas), celles-ci représentent 45 % des livres autoédités et 31 % des livres édités. Les auteurs indépendants misant beaucoup sur les séries, qui favorisent la fidélisation des lecteurs, je m’attendais à en trouver bien plus parmi les livres édités par Amazon. Ce n’est pas le cas : les éditeurs d’Amazon préfèrent les histoires complètes. On verra plus loin pourquoi ils ne craignent pas de manquer de clients…

Lire aussi : Les romans autoédités sont-ils tous à jeter ?

C’est une question que je me posais. Or j’ai remarqué qu’Amazon ne propose pas les différents tomes d’une série dans l’ordre. Souvent les promo commencent par le dernier tome et remontent vers le premier.

Si Amazon vous propose des Offres Éclair sur toute une série, vous pouvez les accepter. L’algorithme se chargera de les étaler dans le temps, dans un ordre qui a pour but de vous faire gagner de l’argent et non d’en perdre. Si vous ne gagnez pas d’argent, Amazon non plus, n’est-ce pas ?

Traductions

Au global, les traductions représentent 28 % des livres. Ce chiffre masque de grosses disparités car 84 % des Offres Éclair d’éditeurs d’Amazon sont des traductions alors qu’on n’en trouve que 15 % chez les autoédités. De plus en plus d’auteurs anglo-saxons faisant traduire leurs livres, le nombre de traductions est appelé à augmenter sur Amazon France. Les auteurs autoédités anglophones écrivant beaucoup de séries (polars, romance notamment), le nombre de séries traduites risque d’augmenter fortement à l’avenir.

Ancienneté des livres sélectionnés

Si environ un quart des Offres Éclair concernent des ebooks parus depuis moins d’un an, un peu plus de la moitié des livres sélectionnés étaient sortis depuis 2 à 4 ans. Les auteurs indépendants ont davantage d’Offres Éclair pendant la première année de parution, mais c’est peut-être parce que les éditeurs refusent de baisser les prix de leurs ebooks trop rapidement. J’ai pu constater lors de cette étude que beaucoup d’ebooks édités étaient assez anciens (14 % avaient plus de 6 ans). Apparemment, les éditeurs ont préféré brader leurs vieux stocks en 2020 plutôt que de casser les prix des nouveautés. Une stratégie que n’hésitent pas à employer les auteurs autoédités pour lancer leurs titres.

À noter que les éditeurs numériques spécialisés en romance adoptent des stratégies marketing semblables à celles des auteurs indépendants. Ils publient souvent et participent aux Offres Éclair quelques mois après publication, ce qui fausse un peu les chiffres des ebooks édités. Les éditeurs traditionnellement distribués en librairie sont encore peu nombreux à profiter des promotions d’Amazon, mais j’ai constaté qu’il y avait de plus en plus d’ebooks de grands éditeurs parmi les Offres Éclair. Pas sûr que la tendance s’inverse après la pandémie.

Ce record est détenu par une romance autoéditée traduite de l’anglais. L’ebook a obtenu sa première Offre Éclair 12 jours après la date de parution. Ça laisse d’autant plus rêveur qu’Amazon propose les promo environ un mois avant. Seule explication que j’ai trouvée : le livre était en précommande depuis des semaines et fonctionnait déjà très bien. Quant à l’auteure, elle était déjà bien connue en France et dans les pays anglophones.

Nombre d’étoiles

Il n’y a pas si longtemps, un ebook autoédité devait avoir une note minimale de 4 étoiles pour qu’Amazon lui propose une promotion. Si cette condition a disparu des textes, le graphique montre que la grande majorité des ebooks (87 %) ont entre 4 étoiles et 5 étoiles (4,4/5 en moyenne).

Les éditeurs Amazon peuvent se permettre d’être moins bien notés puisque plus d’un tiers de leurs ebooks ont entre 3 et 4 étoiles. La note moyenne de leurs livres est de 4/5, donc sensiblement inférieure à celle des livres édités (4,3) et indépendants (4,4). N’oublions pas que les livres édités par Amazon sont très majoritairement des traductions de best-sellers anglo-saxons. Leurs notes inférieures signifient-elles que ces livres ne plaisent pas tant que ça au public français ? De mon côté, j’ai remarqué que la qualité de la traduction ne faisait pas toujours l’unanimité…

C’est 2,9 et c’est le seul livre qui a un nombre d’étoiles inférieur à 3. Sa note a probablement baissé entre le jour où l’offre a été validée et celui où elle a eu lieu.

Commentaires

Courant 2020, Amazon a autorisé les évaluations sans commentaire. Comme mon étude prenait en compte le nombre de commentaires (vérifiés ou pas) depuis plusieurs mois, le graphique montre uniquement le nombre de commentaires affichés par les livres lors de l’Offre Éclair.

On remarque que les livres édités ont généralement moins de commentaires que les livres autoédités. En moyenne, les premiers ont 40 commentaires, les seconds 53. Les livres édités par Amazon en ont 49. Ce sont des chiffres assez élevés car il n’est pas facile du tout d’obtenir 40 commentaires. Un livre édité sur trois a moins de 10 commentaires, alors que c’est seulement le cas d’un livre autoédité sur 6, et un sur 16 pour les livres édités par Amazon.

Ces différences ne sont pas étonnantes car les auteurs indé et les éditeurs d’Amazon connaissent l’importance des notes et des commentaires pour vendre d’une part, bénéficier de promotions d’autre part. Les éditeurs classiques, vendus traditionnellement en librairie, n’ont sans doute pas encore compris l’importance de ces avis de lecteurs car je vois de très bons livres qui végètent sur Amazon à cause de notes minables et d’un nombre ridicule de commentaires.

Lire aussi : Ras-le-bol des commentaires de lecture bidons !

C’est une rumeur tenace parmi les auteurs autoédités et les chiffres montrent bien qu’elle est fausse. Les trois-quarts des ebooks indé en Offre Éclair en 2020 avaient moins de 50 commentaires. 

Cependant, Amazon m’a proposé une promotion sur le tome 1 de La rousse début septembre pour la première fois alors que j’avais passé les 50 évaluations (commentées ou pas) en août. Il est donc possible que ce nombre d’évaluations soit un critère. À mon avis, ce n’est pas le plus important. 

Oui. 14 ebooks en Offre Éclair n’ont aucune évaluation, commentée ou pas. Ce sont quasiment tous des livres édités et aucun ne l’est par Amazon. Aucun éditeur maison n’est assez fou pour lancer une Offre Éclair sur un livre qui n’a pas le moindre commentaire…

Oui. Trois ebooks sur 100 n’ont pas un seul avis vérifié*, ce qui représente 56 livres. Ce sont majoritairement des ebooks édités ayant peu de commentaires. En moyenne 2 commentaires sur 3 sont vérifiés, mais ce chiffre n’est pas très significatif car les commentaires des abonnés Kindle ne sont pas comptés comme “vérifiés”.

* Un avis est dit vérifié quand la personne qui l’a posté a acheté le livre sur Amazon. Les avis vérifiés semblent avoir plus de valeur pour Amazon.

Une des questions que je me posais lors de cette étude était : le choix du prix a-t-il un impact sur les ventes ? J’ai donc listé les prix fort et promotionnel pour chaque ebook.

En moyenne, le prix fixé pour l’Offre Éclair a été de 2,1 euros. Mais les éditeurs choisissent un prix promo deux fois plus élevé que les autoédités (2,7 euros contre 1,4 euro). Quant aux éditeurs d’Amazon, ils ne se posent pas de question : tous leurs livres sans exception sont vendus à 0,99 euro lors de l’Offre Éclair.

Vous me direz, c’est normal, les ebooks édités sont beaucoup plus chers que les autres (9,1 euros contre 5,4 euros pour les autoédités). C’est vrai, mais les éditeurs se limitent aux 70 % de réduction demandés par Amazon sans chercher à se mettre au niveau de prix de leurs concurrents. S’ils pensent que leur notoriété, ou celle de leurs auteurs, suffira à compenser la différence de prix, ils se trompent… comme on le verra lors de l’étude des résultats.

Rien n’empêche un auteur ou un éditeur de maintenir le prix de l’offre pendant plusieurs jours ou semaines. Certains éditeurs ont fait ce choix et les ebooks ont baissé moins vite dans le classement. Quelques ebooks ne sont même jamais revenus à leur prix fort !

Impact des Offres Éclair sur les classements de ventes

Comme il est impossible de connaître les ventes quotidiennes de chaque ebook, je me suis intéressée au classement des livres. Pour un classement identique, les ventes varient beaucoup en fonction de la période de l’année, mais celui-ci donne quand même une bonne idée de la réussite de l’Offre Éclair. J’ai ainsi noté :

  •  le classement de chaque titre à J+1 ;
  • le classement des ebooks qui restaient dans le Top 500 à une semaine, deux semaines et un mois.

Mes infos sont approximatives car je ne listais pas les ebooks et leurs classements à minuit, mais chaque matin quand je le pouvais. Tous les ebooks ayant été listés à peu près au même moment de la journée, ces classements constituent il me semble des approximations suffisantes.

Impact sur le Top 100

À J+1, ce sont les ebooks publiés par Amazon qui cartonnent le plus. Ils sont en moyenne à la 22place du classement général, ce qui ferait trépigner de joie n’importe quel indé. Moi, en tout cas ! Les autoédités sont à la 72place et les édités à la 116e. Si je m’intéresse au Top 20, je constate que les édités ont du mal à y accéder puisque 17 % de leurs ebooks y entrent à J+1 contre 52 % des autoédités et 63 % des auteurs édités par Amazon.

On voit que l’impact d’une Offre Éclair diminue vite au cours du temps puisqu’une semaine plus tard, il ne reste plus que 4 % des ebooks dans le Top 100 contre 78 % à J+1. Les études de k-lytics sur le marché américain montrent d’ailleurs que l’impact d’une Offre Éclair est d’environ 8 jours. Après, la plupart des ebooks retrouvent leur classement initial. Cela semble aussi le cas sur le marché français.

Lire aussi : J’écris pour gagner de l’argent et je m’en vante !

23 ebooks sont arrivés à la première place du Top 100 à J+1, ce qui représente 1,4 % des livres.

Le graphique à gauche montre l’évolution des performances dans le Top 500 au cours du temps. Je ne suis pas souvent entrée dans le Top 500 Kindle, mais c’était pour des ventes quotidiennes d’une petite dizaine d’ebooks.

On pourrait conclure un peu vite que seule la différence de prix explique les moindres performances des éditeurs lors des Offres Éclair. Mais d’autres facteurs interviennent comme le fait que certains auteurs, et même certains livres, bénéficient de plusieurs Offres Éclair dans l’année.

Oui. Si moins de 1 % des ebooks sont toujours dans le Top 500 au bout d’un mois, ce pourcentage monte à près de 10 % quand on s’intéresse aux ebooks parus depuis moins de 12 mois. Donc plus une Offre Éclair arrive vite, plus l’auteur vendra de livres au prix fort grâce à son impulsion.

Repousser une proposition d’Offre Éclair sur un nouveau livre par peur de perdre de l’argent est donc une mauvaise idée. J’ai d’ailleurs vu passer des ebooks du Top 100 en Offre Éclair. Ces auteurs ont certainement remarqué que s’ils perdent 70 % de leurs royalties pendant 24 heures, ils compensent largement ces pertes les semaines suivantes.

Non. La notoriété de l’auteur ne semble pas avoir d’influence sur la durée dans les Tops de vente. Les ebooks édités étant à nouveau très chers le lendemain de l’Offre Éclair, à J+8 la plupart d’entre eux sont sortis du Top 500. Un prix de vente élevé limite donc fortement l’impact potentiellement positif de la promotion.

Périodiquement Amazon propose 10 ou 20 Offres Éclair le même jour au lieu de 4. Je me demandais si cette concurrence et la place du livre dans le carrousel (1e page ou dernière) pouvaient nuire aux performances.

Au final, je n’ai pas trouvé de différences flagrantes entre les classements des livres promus par 4 et ceux promus par 10 ou 20. Le client semble se donner la peine d’explorer la totalité du carrousel avant de faire son choix, et les ebooks ne sont pas moins bien classés à J+1 quand ils sont plus nombreux.

Les auteurs abonnés aux Offres Éclair

Une des raisons pour lesquelles j’ai fait cette étude est que je voyais souvent les mêmes auteurs bénéficier d’Offres Éclair alors qu’Amazon ne m’en proposait jamais. J’ai donc voulu savoir si l’algorithme d’Amazon avait vraiment des chouchous. Réponse : assurément !

Évidemment, les chouchous de l’algorithme sont d’abord les auteurs édités par Amazon. 43 % d’entre eux ont eu plus d’une Offre Éclair sur les 12 mois de l’étude. Mais plus d’un auteur indé sur quatre (27 %) en a eu au moins deux. Quant aux auteurs édités, moins d’un sur cinq (18 %) a bénéficié de plus d’une Offre Éclair sur la période. 

J’ai regardé le classement moyen des auteurs ayant bénéficié d’au moins deux Offres Éclair sur les 12 mois : il est de 73 à J+1, alors que le classement moyen tous livres confondus est de 96. Avoir plusieurs Offres Éclair dans l’année améliore donc certainement les performances de l’auteur. À moins que l’algorithme ne sélectionne en partie des auteurs déjà bien classés. Encore l’histoire de la poule et de l’oeuf…

C’est un auteur édité de polars qui remporte la palme avec 18 Offres Éclair sur 12 mois. Il n’est pas très connu, mais a la particularité d’avoir un enquêteur récurrent dans ses livres. L’enquêteur est une enquêtrice, ce qui me paraît intéressant à signaler. S’il a obtenu autant d’Offres Éclair en 2020, c’est sans doute parce que son éditeur a publié en numérique tous les anciens titres de la série (près de 50) début 2018. L’éditeur est aussi assez malin pour vendre ces ebooks à 5,99 euros, prix proche de ceux pratiqués par les auteurs de polars autoédités.

Côté indé, un auteur a totalisé 17 Offres Éclair sur 12 mois. C’est un auteur de romans à suspense bien connu du milieu autoédité. Ses romans sont tous des unitaires et ses Offres Éclair marchent toujours très bien. Je précise que cet auteur sort un roman tous les trimestres. Or Amazon semble favoriser les auteurs qui publient une à plusieurs fois par an. Une fréquence de publication que je serais totalement incapable de tenir…

Les titres abonnés aux Offres Éclair

Sur 1672 Offres Éclair, 115 titres sont en double, soit environ 7 %. Mais là encore, il vaut mieux être édité par Amazon pour bénéficier de ces Offres Éclair à répétition puisque 13 % de leurs titres ont eu plus d’une Offre Éclair, contre 4 % des titres édités et 9 % des titres autoédités.

Est-ce que ces Offres Éclair multiples sont utiles ? Oui. En moyenne, les titres qui ont bénéficié de plus d’une Offre Éclair dans l’année sont classés 44 au Top 100 à J+1. Je rappelle que le classement à J+1 pour l’ensemble des titres est de 94. Ces titres ont aussi été deux fois plus nombreux à rester dans le Top 500 à J+8, J+15 et J+30. Brader un ebook deux ou trois fois par an pendant 24 heures sur Amazon fait donc bien gagner plus d’argent que le brader une seule fois. Une information qui fera peut-être réfléchir les radins…

Ce record appartient à un titre traduit édité par Amazon. Celui-ci a bénéficié de 5 Offres Éclair sur les 12 mois. On peut se demander les raisons de ce marketing agressif vu que les titres édités par Amazon ont rarement dépassé 3 Offres Éclair sur la période. Ce qui est déjà pas mal…

Pas nécessairement. J’ai comparé le nombre de commentaires des ebooks à offres multiples édités par Amazon, et je n’ai pas trouvé que les avis augmentaient significativement. Par contre, les notes de ces ebooks baissaient légèrement au cours du temps.

Ce que j'ai observé d'autre pendant cette étude

  • de très nombreux noms d’auteurs à consonance anglo-saxonne sont des pseudos d’auteurs bien français. Apparemment les patronymes français font moins chic et ne font pas autant rêver que ceux de nos amis anglais et américains. J’ai trouvé cette mode un peu bête, mais surtout triste et inquiétante…
  • Incroyable, mais vrai : quelques éditeurs traditionnels commencent à rendre leurs livres disponibles dans l’abonnement Kindle. Je ne sais pas encore si les autoédités comme moi doivent s’en inquiéter ou s’en réjouir…
  • de plus en plus d’auteurs édités (très) connus conservent leurs droits numériques et deviennent “hybrides”, ce qui montre que le rapport de force avec les éditeurs est en train d’évoluer. Tous les auteurs peuvent s’en réjouir !
  • certains auteurs édités de best-sellers ont un éditeur différent pour leurs ebooks. La vente en ligne nécessite bien sûr des compétences spécifiques, mais les éditeurs spécialisés dans le numérique sont aussi beaucoup moins gourmands en matière de droits d’auteurs. Ils vendent aussi les ebooks moins cher que les éditeurs traditionnels, même si leurs prix restent au-dessus des prix des livres numériques autoédités.
  • Durant cette étude, j’ai découvert de nombreux indés dont je n’avais jamais entendu parler : des auteurs qui publient régulièrement, vendent probablement des dizaines de milliers de livres par an, ne font pas de bruit mais sont très efficaces. Tous ces gens ne sont pas récupérés par les éditeurs, et restent inconnus de la presse et du grand public. Leur réussite ferait verdir de jalousie de nombreux auteurs édités. Elle m’a  d’ailleurs un peu énervée moi aussi… 🙂

Pourquoi je n'ai pas (encore) eu d'Offre Éclair

J’étais donc en train de collecter mes petites données sur les Offres Éclair depuis dix mois quand j’ai ENFIN reçu ce mail d’Amazon m’invitant à participer à une promotion pour le tome 1 de La rousse qui croyait au père Noël !!! Pourquoi maintenant ? me suis-je demandé. En examinant les données de La rousse a 39 ans, j’ai noté trois motifs possibles : 

  • les ventes de ce livre ont significativement décollé depuis mars 2020 grâce à la pub sur Amazon ;
  • courant août, j’ai dépassé les 1000 ventes sur Amazon France pour ce tome, tous formats confondus ;
  • courant août, j’ai aussi franchi la barre des 50 évaluations.

Lire aussi : La pub Amazon permet-elle de vendre plus de livres ?

La proposition ne concernait que La rousse a 39 ans, donc pas le tome 2 La rousse a 29 ans sorti deux ans auparavant. Qu’est-ce qui différenciait les deux tomes ?

  • Le nombre de ventes : je vends à peu près trois tomes 1 pour un tome 2. Il est cependant normal pour une série de vendre davantage le premier tome ;
  • Le nombre de commentaires : le tome 2 n’avait qu’une petite dizaine d’évaluations, ce qui est faible pour un roman autoédité ;
  • La note : l’été dernier, les notes de ma série ont brusquement baissé. Mi-août, le tome 1 était encore noté 3,9 étoiles sur 5 mais le tome 2 ne dépassait pas 3,4 étoiles sur 5. La note médiocre du tome 2 a peut-être incité Amazon à reporter une éventuelle promotion.

Au final, je n’ai pas obtenu d’Offre Éclair. Pour cette première promotion, Amazon m’a proposé de participer à “l’Offre du mois” d’octobre (2020). Je ne pourrai donc vous faire part des résultats d’une de mes Offres Éclair à la fin de cet article. Quand je serai l’heureuse élue de cette célèbre promotion, je ne manquerai pas de vous faire un compte-rendu détaillé.

Depuis quelques semaines, Amazon donne d’ailleurs la possibilité aux auteurs de postuler aux promotions, ce que j’ai bien sûr fait. Peut-être cette innovation permettra-t-elle à davantage de livres de bénéficier des Offres Éclair.

On a vraiment besoin des Offres Éclair ??

J’ai commencé cette étude en novembre 2019 alors que les ventes de mes livres étaient anecdotiques depuis six ans. Sans l’aide d’une des deux promotions phares d’Amazon – l’Offre Éclair et l’Offre du mois – je ne voyais pas comment donner de la visibilité à mes livres. Or quelques semaines plus tard, Amazon permettait aux auteurs indépendants français de faire de la publicité en direct sur la plateforme. À l’aide de cet outil, mes ventes ont enfin décollé et je n’attends plus les propositions de promotion avec autant d’impatience. Mais comme vous le voyez, au final la solution est quand même venue d’Amazon

Beaucoup de lecteurs reprochent aux auteurs indépendants de ne vendre leurs livres que sur Amazon. Cependant, sans l’aide du distributeur il est quasiment impossible de donner de la visibilité à nos livres. J’invite donc tous ceux qui aimeraient davantage de concurrence sur le marché français du livre numérique à réfléchir aux moyens de donner de la visibilité aux auteurs autoédités. Car depuis que j’observe les concurrents d’Amazon, je ne vois pas venir grand-chose à l’horizon…

Cet article a 10 commentaires

  1. catarinaviti

    La Rousse au pays des merveilles d’Amazon a encore frappé ! Merci pour cet article de grande qualité même si pour moi il cause de faits étranges dans un langage codé…

  2. Suzanne Marty

    Chère Catarina,
    Pour donner à votre excellente production littéraire la visibilité qu’elle mérite, il n’y a que deux solutions : la confier à un éditeur ou s’intéresser aux merveilles d’Amazon… Faits étranges ? langage codé ?? Votre mauvaise foi n’a d’égal que votre talent à procrastiner ! 😄

  3. nathaliebagadey

    Un article passionnant, merci pour ces infos très complètes !
    De mon côté, je confirme que les publicités Amazon ont été efficaces ! 😉

  4. Selma Bodwinger

    Quel (bon) boulot! Merci pour cet article aussi précis que complet !

  5. Alan Spade

    Excellent travail! Juste un petit oubli dans la partie “c’est quoi une offre éclair”: la mention selon laquelle, pour un auteur indé, il faut rendre son livre disponible exclusivement sur Amazon pour pouvoir espérer en bénéficier.

  6. NR Davoust

    Merci pour ce retour.
    Je dois bénéficier de cette offre à partir du 10° Mars (Lundi). Je suis impatiente de voir s’il y a un impact sur mes ventes.
    Comme toi, ils ont mis longtemps avant de me le proposer. Comme toi, il peut s’agir d’avoir dépasser les 1000 ventes et les 50 ou 100 commentaires, ou d’avoir relancé mon tome 1 avec mon tome 2.
    À suivre…

  7. Suzanne Marty

    Vous avez raison, Alan, l’exclusivité a longtemps été une condition pour bénéficier d’une Offre Éclair. Ce n’est cependant plus le cas maintenant.

  8. alicequinn2013

    Je suis bluffée par la somme de travail qu’a dû nécessiter cet article! Bravo!

  9. lenalucily

    Bonjour ! Superbe article, probablement le meilleur que j’aie pu lire sur le sujet.
    J’ai moi aussi été récemment contactée par Amazon après des années d’attente. Je n’ai pas encore 50 commentaires sur l’ouvrage en question mais j’ai bel et bien augmenté récemment mes ventes de façon significative grâce à la publicité.
    Par curiosité : ça a donné quoi, l’offre du mois ?
    Merci pour votre témoignage très détaillé !

  10. Suzanne Marty

    Ravie que cet article vous ait été utile, Lena ! Il est probable que la régularité des ventes est plus importante que le nombre de commentaires du livre pour obtenir une promotion sur Amazon. L’offre du mois (-50 %) dont j’ai bénéficié en octobre 2020 m’a permis de tripler les ventes de l’ebook en promo (tome 1 de ma série) par rapport au mois précédent. J’ai aussi triplé les ventes du tome 2 qui n’était pas en promo. Quant aux redevances de la série, elles ont quasiment doublé par rapport à septembre. Cette promotion a aussi donné de la visibilité à ma série avant les fêtes car les ventes de brochés de novembre et décembre ont beaucoup augmenté par rapport aux mois précédents.

    Bravo pour vos articles “test” sur l’autoédition. Pensez à nous dire où vous en êtes de votre expérience avec Babelcube. J’ai aussi écouté votre extrait audio et l’ai trouvé plutôt bon pour une non-comédienne. Avec une petite formation à la lecture à haute voix, vous devriez pouvoir enregistrer tous vos livres et les envoyer à Audible ! Je m’y essaierai également dans quelques mois…

Laisser un commentaire