Ne vous faites plus arnaquer, mettez-vous à la plomberie !

Ne vous faites plus arnaquer, mettez-vous à la plomberie !

Je me suis toujours considérée comme une femme moderne et libérée. C’est pourquoi je n’ai jamais rechigné à changer une ampoule, monter un meuble en kit, faire un peu de peinture et même poser de la tapisserie. Le seul domaine qui me paraissait définitivement réservé aux hommes était la plomberie. J’osais à peine toucher ma chaudière, le moindre bruit suspect dans une tuyauterie me donnait des sueurs froides. Mais cet été, l’intervention d’un plombier malhonnête à mon domicile m’a obligée à m’intéresser à cette utile spécialité…

Comment un plombier m’a extorqué 1000 euros pour 5 minutes de travail

J’habite Paris depuis plus de quinze ans, aussi la déplorable réputation des plombiers parisiens ne m’est-elle pas inconnue. Cependant, ayant rarement eu des problèmes de tuyauterie et ceux-ci ayant relevé soit du propriétaire de mon logement soit de mon assurance, je n’y avais pas prêté grande attention. Jusqu’à cette nuit du 7 août 2018.

Lire aussi : Qu’est-ce qu’ils ont tous à vouloir me RASSURER ?!

La journée avait été caniculaire – 36° sur Paris – et je l’avais passée claquemurée chez moi, à transpirer entre mon ventilo et mon ordinateur. Vers 23 heures, l’atmosphère extérieure étant redevenue à peu près respirable, je me prépare à me coucher quand j’entends dans la cuisine :

Ploc Ploc Ploc…

Après enquête, je m’aperçois que mon compteur d’eau situé – va savoir pourquoi – dans un renfoncement coincé par ma gazinière, goutte de façon inquiétante. Bien décidée à ne pas payer le tarif de nuit des plombiers parisiens, je tire la gazinière, j’escalade la machine à laver située à côté, je me mets à quatre pattes sous le plan de travail et je réussis à fermer l’arrivée d’eau de l’appartement. YES ! Après tout, quelques heures sans eau, c’est pas la mort. Mais à ma grande consternation :

Ploc Ploc Ploc Ploc Ploc Ploc…

Aaaahh !!! Que faire ?! Tel MacGyver, je bricole un ingénieux système à l’aide d’un sac en plastique pour diriger l’eau dans une bassine, mais je constate avec horreur qu’elle se remplit à toute allure. Je ne vais quand même pas passer la nuit à vider cette fichue bassine ! De plus, une fuite similaire dans l’appartement du dessous a dégénéré en trombes d’eau, évacuation de l’immeuble et intervention des pompiers quatre ans auparavant.

J’examine rapidement mes options :

  1. demander à mon agence immobilière d’envoyer son plombier. Mais à cette heure, pas la peine de rêver ;
  2. demander l’aide d’un voisin. Problème : l’immeuble est vide. Je dois être la seule du quartier à ne pas prendre de vacances au mois d’août ;
  3. appeler un bricoleur de ma famille. Mais il est tard, ils sont loin et je ne vois pas ce qu’ils pourraient faire à distance.

Aussi, à 23 h 30, je décide de me débrouiller comme une grande personne que je suis et de chercher un plombier raisonnable sur internet.

Lire aussi : Glander nuit gravement à votre avenir !

Le premier que je contacte me propose de venir faire un devis pour 90 euros, ce qui me paraît acceptable compte tenu de l’heure. Trente minutes plus tard, je vois débarquer chez moi deux types. Le plus costaud des deux me diagnostique très vite une « fuite avant compteur d’eau », m’informe qu’il peut réparer le joint immédiatement. Ouf !

Puis le type fait ses additions et m’annonce… 957 euros TTC.

QUOI ??!!

  • Vous n’aviez pas dit 90 euros ?! Comment on passe en moins d’une demi-heure de 90 euros à plus de 900 ?!

Devant ma mine abasourdie, mon regard exorbité et mes bégaiements incrédules, le type prend la mouche :

  • 90 euros, c’était pour le devis ! Là, c’est pour la réparation. Vous m’avez appelé à 23 h 35. À partir de 23 heures, les tarifs sont majorés de 100 % (c’est-à-dire doublés, pour ceux qui ne sont pas doués en calcul). De toute façon, ce n’est pas à vous de payer, c’est au syndic de l’immeuble, vous serez remboursée.

Tu parles ! Quand bien même ce serait vrai, je suis bien placée pour savoir qu’un remboursement peut être contesté, refusé ou remis aux calendes. Et si je ne récupère pas cette somme, elle va gravement entamer mes maigres économies…

Je réalise alors que je suis en train de me faire escroquer par ces deux types. Mais la fuite s’aggrave, je sais que je vais devoir payer le déplacement de ces hommes (entre 200 et 400 euros d’après le devis. Le copain qui a juste débranché mon frigo est facturé aussi comme électricien au tarif de nuit) et rien ne dit que le plombier suivant, même s’il est moins cher, fera baisser la facture globale. Alors, la mort dans l’âme et avec des nœuds à l’estomac, j’accepte de payer.

La fuite est colmatée en 5 minutes. Je peux me coucher sans risquer d’inonder tout l’immeuble, mais je passe une TRES mauvaise nuit…

Comment j’ai appris à changer mon robinet flotteur de chasse d’eau

Deux semaines plus tard, la facture du plombier étant en attente de décision auprès du syndic, je réalise que ma chasse d’eau se remplit très très lentement… Qu’est-ce que c’est encore que ce bordel ?! Je ne vais quand même pas devoir faire venir UN AUTRE PLOMBIER !!

Résolue à ne pas me faire couillonner une deuxième fois, je tape les symptômes de ma chasse d’eau sur Google avant d’appeler qui que ce soit. Je comprends alors que la panne est probablement due à un problème de « robinet flotteur ». Si vous le dîtes… Quelques articles plus loin, je suis devenue une pro ou presque du robinet flotteur, qui est le mécanisme gérant le remplissage du réservoir des toilettes. J’apprends aussi – précision importante – que son changement relève de ma pomme et non de ma propriétaire…

N’ayant aucune envie d’augmenter mon budget plomberie, je passe la matinée sur YouTube à visionner plusieurs vidéos postées par des bricoleurs, du style : le changement du robinet flotteur pour les nul.le.s. Après avoir photographié mon robinet flotteur comme une star aux Césars, le selfie en moins, je cours acheter son successeur à BricoTruc et emprunter une clef à molette à mon frangin – qui, lui, est très bricoleur.

Par mesure de prudence, je réserve un après-midi entier à l’opération. Si elle tourne mal, je pourrai toujours appeler une personne compétente au secours. Puis je tire la gazinière, j’escalade la machine à laver, je crapahute sous le plan de travail, je coupe l’eau et me prépare à affronter mes WC à l’aide de ma clef à molette.

Me voyant aussi déterminée, le robinet flotteur n’ose pas me résister bien longtemps. Je l’extrais du réservoir bien entartré et, étant d’un naturel curieux, entreprends de l’autopsier dans la cuisine : c’est bien la valve qui est percée, les bricoleurs du net avaient raison. Je pourrais me contenter de changer cette petite valve. Mais il faudrait commander la pièce sur internet et remonter le vieux robinet flotteur en attendant, ce qui m’obligerait à remplir manuellement la chasse pendant des jours et ne me coûterait pas tellement moins cher. Je sors donc le nouveau robinet flotteur de son emballage, étudie pendant dix minutes les trois pauvres schémas de la notice, puis l’installe avec moult précautions à l’aide de la clef à molette.

Au total, l’opération m’a pris 30 minutes – j’ai travaillé très lentement – et m’a coûté 19 euros. Je me suis alors demandé pourquoi le changement du même robinet flotteur, qui fuyait à mon arrivée dans l’appartement, avait coûté plusieurs centaines d’euros à ma sympathique propriétaire. Le premier plombier avait effectué une réparation alambiquée hors de prix qui n’avait pas résolu le problème et l’agence avait dû faire venir un autre plombier. Si ma proprio avait été versée en plomberie, cette réparation ne lui aurait quasiment rien coûté. Et si j’avais été plus dégourdie à l’époque, elle n’aurait eu qu’à payer la pièce défectueuse. C’est ballot, non ?

Les filles, arrêtons d’avoir peur du moindre boulon !

La plomberie est un métier qui demande souvent l’intervention d’un professionnel, les conséquences d’une erreur pouvant être lourdes. Mais beaucoup d’entre nous, qui avons peur de mettre (un peu) les mains dans le cambouis, payons des sommes faramineuses pour des bricoles qui sont à la portée d’un enfant de dix ans (mon frère a dû commencer à bricoler avec mon père vers cet âge et il se débrouillait très bien).

Je n’aurais pas pris le risque de changer seule mon robinet flotteur si je n’avais pas trouvé tant d’informations et vidéos sur internet. Mesdames, qui avez peur du moindre boulon, prenez le temps de vous renseigner avant d’appeler un professionnel trop heureux d’exploiter votre manque de confiance en vous, votre ignorance et votre feignantise.

De nombreux gentlemen-bricoleurs – ce sont toujours des hommes, il faut bien le reconnaître – partagent leur savoir sur la toile avec beaucoup de pédagogie. Après tout, vous n’appelez pas un cuisinier pour faire cuire votre steak ?! Vous n’avez pas besoin d’un chauffeur pour conduire votre voiture ! Or, la cuisine et la conduite demandent bien plus de compétences que changer un bête joint. Quant au matériel nécessaire, il vous coûtera de toute façon moins cher qu’une intervention de professionnel. Vous éviterez aussi de vous faire arnaquer par des gens malhonnêtes, qui doubleront ou tripleront la facture.

Lire aussi : La mauvaise qualité peut nuire gravement à votre santé !

La facture de mon plombier aurait-elle été plus basse si j’avais été un homme ?

Cette affreuse question m’est venue à l’esprit le lendemain. Pour moi qui ai rarement eu à me plaindre des hommes (j’en parlerai dans un autre article), admettre que la réponse est probablement oui a été difficile. Avant cette mésaventure, aucun artisan n’avait tenté de m’arnaquer. Les hommes étaient au contraire ravis de me rendre service et je pensais naïvement que cette attitude chevaleresque était acquise à toute célibataire en détresse.

Mais la journée avait été caniculaire, j’étais épuisée, me préparais à me coucher. Du coup, j’ai reçu ces deux types ni coiffée ni maquillée, dans une tenue pas vraiment sexy… Un laisser-aller qui m’a apparemment fait passer dans la catégorie des pauvres poires tout juste bonnes à raquer un maximum. J’ai alors pensé aux personnes isolées, âgées, handicapées, celles qui ignorent leurs droits et n’ont pas facilement accès à internet. Et bien sûr aux femmes seules qui sont une proie facile quand elles ne connaissent rien au bricolage.

Mes amies, je vous le dis, vous pouvez toutes changer un joint, un robinet ou un robinet flotteur de WC, rajouter de l’eau dans votre chaudière assoiffée (juste un petit robinet à ouvrir, encore faut-il savoir où il est) : si je peux le faire, tout le monde le peut ! Ne laissez pas non plus vos parents, grands-parents, voisins âgés ou handicapés payer 500 ou 1000 euros pour une réparation qui prend 5 minutes. Investissez plutôt dans une clef à molette, quelques tournevis, un marteau et retroussez vos manches. Ruiner votre manucure vous coûtera beaucoup moins cher que faire venir un plombier après 19 heures. Et si changer un joint ne fait pas de vous une femme libérée, ça y contribuera assurément.

*

P.S. 1 : n’oubliez jamais de couper l’eau de votre logement avant de commencer à jouer à l’apprentie plombier. Sinon, désastre assuré. Si la fuite persiste, appelez la hotline de votre assurance habitation. Comme je l’ai appris (un peu tard) à cette occasion, elle est accessible 24 h/24.

P.S. 2 : pour ceux qui s’inquiètent de mon petit budget, le syndic de l’immeuble m’a effectivement remboursé les 957 euros. Ce trou dans mes économies m’a causé quelques crises d’angoisse pendant deux mois, mais je peux à nouveau dormir sur mes deux oreilles…

Un Commentaire

  1. Instructif ! Et toujours un ton incisif et plein d’humour !

Laisser un commentaire