Pourquoi on fuit quand on nous court après ?

Quand j’étais gamine, une des matières que je haïssais le plus était sans aucun doute la physique. Autant je trouvais un côté ludique aux mathématiques avec des tas d’énigmes à résoudre, autant les sciences physiques me paraissaient d’un ennui mortel. En grandissant, j’ai compris que la physique c’est comme les épinards ou les brocolis, il faut y goûter pour apprécier. Car avec un peu d’imagination, un principe fondamental de physique peut s’avérer un puits de sagesse. Ce qui me pousse recule Par exemple, le principe de conservation du mouvement. Il énonce que la quantité de mouvement de deux objets qui entrent en collision est constante. Qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire que si une boule de billard percute une autre boule à l’arrêt, la quantité de mouvement obtenue après le choc sera identique à celle de la première boule. Si vous avez déjà joué au billard vous(…)

Lire la suite

Amour : les 10 commandements !

Le domaine de notre vie qui génère le plus de frustrations et de déceptions est sans aucun doute le domaine amoureux. Que de temps perdu à soupirer après de beaux indifférents, à attendre l’improbable coup de fil d’un troll sexy ; que d’énergie gaspillée dans des histoires foireuses, que de larmes versées à cause d’illusions perdues… Et combien j’aurais aimé – à 15 ans ou 20 ans – que quelqu’un me donne quelques règles simples, à apprendre par cœur, à graver dans ma cervelle afin d’éviter de tomber dans tous les pièges posés par notre ami Cupidon. Pièges – si l’on y réfléchit 3 secondes – que nos parents et grands-parents ont connus avant nous, qui sont au cœur d’une quantité colossale de fictions et de témoignages… et dans lesquels nous continuons pourtant tous de tomber avec une constance désarmante. Sommes-nous totalement naïfs ou nous croyons-nous obligés de vérifier par nous-même(…)

Lire la suite

Notre univers personnel est aussi en expansion

Certains d’entre vous ont sans doute entendu parler de l’expansion de l’univers. Ce phénomène, causé par le gonflement de l’univers, engendre un éloignement des galaxies les unes des autres. Nous n’en avons pas conscience, mais les étoiles que nous observons dans le ciel s’éloignent de nous petit à petit, mais aussi de plus en plus vite. Il m’est récemment venu à l’esprit que notre univers personnel est lui aussi en expansion. Quand j’étais enfant, l’univers me semblait petit, dense et chaleureux. Il se composait de mes parents jeunes et dynamiques, de ma frangine adorée, de mes généreux grands-parents, d’un paquet d’oncles et tantes plus sympas les uns que les autres et de quelques cousins espiègles avec qui faire de passionnantes âneries. En grandissant, je me suis aventurée hors du cocon familial avec mes copains pour explorer les villages environnants, heureuse d’aller toujours plus loin sur mon vélo… mais aussi de(…)

Lire la suite

Je rêvais d’être une star… jusqu’à Wikipedia

Qui n’a jamais rêvé d’être une star ? De frimer devant des dizaines de photographes sur un tapis rouge, de recevoir l’amour d’une foule en délire perchée sur une scène, de se vautrer dans des hôtels 10*, de voir sa trombine et son nom en lettres géantes sur un écran de cinéma, de se faire courtiser par les hommes les plus beaux, les plus riches et les plus intelligents de la planète ??? Que les menteuses lèvent le doigt ! Bon, ok, personne. Moi aussi quand j’étais gamine, ado et même plus tard, j’ai regardé avec envie les étoiles du show biz à la télé, au ciné et dans les magazines en me disant : aaaaahhh, si seulement j’avais la chance d’avoir une vie aussi merveilleuse… (long soupir) Et je me demandais pourquoi tous ces gens avaient autant de veine et pas moi. Enfin, je me le suis demandé jusqu’à(…)

Lire la suite

Les comédies romantiques nuisent-elles à notre vie sentimentale ?

Quand j’étais ado, la chick lit et la littérature dite Young Adult n’existaient pas encore. Ma connaissance de la psychologie masculine se basait sur celle des princes charmants des contes de fées de mon enfance et des héros des séries télé anglo-saxonnes comme Amicalement Vôtre, L’Homme qui valait trois milliards, Les Têtes brûlées, etc. À partir de 14 ans j’ai donc attendu de croiser le futur homme-de-ma-vie, qui ne pouvait être que beau, intelligent, courageux, incorruptible, dévoué, désintéressé, un peu aventurier, franc, sûr de lui, idéaliste, plein d’humour…

Lire la suite

2016, c’est parti !

 Avant l’invention d’internet et des téléphones portables, je ne souhaitais la bonne année qu’à ma famille et aux personnes proches ou moins proches que je croisais pendant le mois de janvier : – Bonjour, bonne année ! En fonction de l’âge de l’interlocuteur, j’ajoutais : – Et surtout, bonne santé ! Ou : – Bonheur et prospérité ! Avec internet et l’échange quasi-systématique des mails, la cérémonie des vœux du nouvel an est devenue plus élaborée car j’envoyais désormais mes vœux à toute une mailing list de plus ou moins potes. Je me triturais les méninges chaque début d’année pour pondre des vœux positifs, enjoués, pleins d’énergie et de confiance en l’avenir. Et tant pis si l’année qui venait de s’achever n’avait pas apporté beaucoup de bonheur ou de prospérité ; j’étais toujours convaincue que l’année suivante, ce serait vachement mieux ! J’avais aussi l’habitude de me fixer deux ou trois objectifs professionnels en début d’année, du style :(…)

Lire la suite