Comment (re)donner du sens à sa vie

La plupart du temps, personne ne se demande si sa vie à un sens. On laisse cette passionnante question aux philosophes et autres aficionados de la masturbation intellectuelle, on métro-boulot-dodo la semaine et on profite gentiment de la vie le reste du temps. Quand tout s’écroule Et puis un jour, sans crier gare, le monde s’écroule autour de nous :  on perd une personne très chère, pilier de notre vie ;  on se retrouve handicapé à cause d’un accident ;  on apprend qu’un ami ou un membre de notre famille a une maladie grave ;  on se fait plaquer par la seule personne sur 9 milliards capable de faire battre notre petit cœur ;  on s’enlise dans le chômage malgré nos 10 ans d’études supérieures et nos 5 ans de stages sous-payés ;  on se retrouve au bord du burn-out dans un boulot qui a cessé de nous intéresser depuis des lustres, etc. On fait le bilan de(…)

Lire la suite

Amour : les 10 commandements !

Le domaine de notre vie qui génère le plus de frustrations et de déceptions est sans aucun doute le domaine amoureux. Que de temps perdu à soupirer après de beaux indifférents, à attendre l’improbable coup de fil d’un troll sexy ; que d’énergie gaspillée dans des histoires foireuses, que de larmes versées à cause d’illusions perdues… Et combien j’aurais aimé – à 15 ans ou 20 ans – que quelqu’un me donne quelques règles simples, à apprendre par cœur, à graver dans ma cervelle afin d’éviter de tomber dans tous les pièges posés par notre ami Cupidon. Pièges – si l’on y réfléchit 3 secondes – que nos parents et grands-parents ont connus avant nous, qui sont au cœur d’une quantité colossale de fictions et de témoignages… et dans lesquels nous continuons pourtant tous de tomber avec une constance désarmante. Sommes-nous totalement naïfs ou nous croyons-nous obligés de vérifier par nous-même(…)

Lire la suite

2016, c’est parti !

 Avant l’invention d’internet et des téléphones portables, je ne souhaitais la bonne année qu’à ma famille et aux personnes proches ou moins proches que je croisais pendant le mois de janvier : – Bonjour, bonne année ! En fonction de l’âge de l’interlocuteur, j’ajoutais : – Et surtout, bonne santé ! Ou : – Bonheur et prospérité ! Avec internet et l’échange quasi-systématique des mails, la cérémonie des vœux du nouvel an est devenue plus élaborée car j’envoyais désormais mes vœux à toute une mailing list de plus ou moins potes. Je me triturais les méninges chaque début d’année pour pondre des vœux positifs, enjoués, pleins d’énergie et de confiance en l’avenir. Et tant pis si l’année qui venait de s’achever n’avait pas apporté beaucoup de bonheur ou de prospérité ; j’étais toujours convaincue que l’année suivante, ce serait vachement mieux ! J’avais aussi l’habitude de me fixer deux ou trois objectifs professionnels en début d’année, du style :(…)

Lire la suite